Ils “carbaotent” à la française

 

Une centaine de personnes ont participé au « speed meeting » du club d’affaires Carbao Troyes. L’occasion de faire le point avec Walter Bellon, le président de Carbao France.

 

Carbao, c’est quoi ?

Walter Bellon, président de Carbao France  : « Carbao est un acronyme. Cela veut dire club d’affaire de recommandation par le bouche-à-oreille. On a démarré il y a trois ans avec le premier club en Rhône-Alpes. Nous, on est de Valence, dans la Drôme. Et depuis, on a structuré une soixantaine de clubs en France, des clubs constitués, c’est-à-dire avec douze membres. On a aussi des clubs en cours de construction de huit à dix membres qui commencent déjà à carbaoter. »

 

Carbaoter, cela veut dire faire des affaires ?

« Faire des affaires mais sous couvert d’une charte éthique quand même. On fait attention : on n’a pas deux professionnels d’une même activité au sein d’un club pour ne pas créer de la concurrence en interne. En revanche, les membres ont accès à tous les autres membres par le biais de la plate-forme numérique, ce qui va leur permettre d’entrer en contact, voire de s’envoyer des recommandations les uns aux autres. Les recommandations, cela fait des tickets-biz. »

 

Biz comme business ?

« Oui. C’est du business et on fonctionne par cooptation. Ce sont les membres d’un club qui vont définir quels seront les autres membres de leur club. Aujourd’hui, on a une soixantaine de clubs et 1 500 personnes qui se réunissent tous les quinze jours. Le club de Troyes est le plus ancien des clubs hors région Rhône-Alpes. On a tout de suite trouvé les atomes crochus. On a Troyes et, autour, il y a Saint-Dizier, Châlons-en-Champagne, Reims. Et je serai très bientôt à Vitry-le-François pour organiser une première réunion d’information. »

L’autre grand club d’affaires, c’est le BNI. En quoi vous distinguez-vous du BNI ? N’est-ce pas un peu la même chose ?

« Oui, si vous voulez. Nous, on aime bien le BNI. Eux nous aiment moins, mais ce n’est pas grave. Notre club est aussi un club d’affaires. Ce qui nous distingue, c’est que c’est un club créé en France avec sans doute plus de transparence et une éthique différente : nos membres ne sont pas dans l’obligation de produire des recommandations. Chez nous, la recommandation est un réflexe, pas une obligation. C’est donc plus convivial et plus qualitatif. Et il n’y a pas d’obligation de communiquer sur les chiffres d’affaires réalisés qui sont de toute façon invérifiables. Cela ne nous empêche pas d’afficher un taux de transformation des recommandations de 85 % en moyenne, qui est même de 87 % à Troyes ».

Gilles Burysek, vous êtes le président de Carbao Troyes. Et vous organisez, dans cette salle des fêtes de Pont-Ste-Marie, une soirée speed meeting. En quoi cela consiste-t-il ?

« Une centaine de participants sont attendus, invités personnellement par les membres de Carbao Troyes. Ce speed meeting va permettre aux entreprises conviées d’échanger entre elles et les membres de Carbao, pendant environ 1 h 30, selon le même principe qu’un speed dating. Ensuite, on aura un moment convivial avec une dégustation de vins, un cocktail dînatoire avec un orchestre de jazz. »

En tant que président de CARBAO Tours, Bruno Rogowski tient à mettre en avant le club CARBAO de Troyes

Article dans l’Est-Eclair: http://www.lest-eclair.fr/504496/article/2016-06-06/ils-carbaotenta-la-francaise